CONTENUS DU NIEVAU Base

B.3) Que sont la cartographie et l’évaluation des services écosystémiques?

basic-fr

Objectifs d’apprentissage

  • Comprendre ce que sont la cartographie et l’évaluation des services écosystémiques
  • Introduction du concept d’indicateurs de services écosystémiques
  • Approche aux différents types d’évaluation

Que sont la cartographie et l’évaluation des services écosystémiques?

Les recherches, études et analyses des services écosystémiques ne sont pas suffisantes si nous voulons les utiliser pour la gestion de l’environnement et le développement territorial: dans ces cas, nous devons évaluer les services écosystémiques. L’évaluation décrit l’analyse et passe en revue les informations issues de la recherche afin d’aider les responsables à identifier les problèmes et à évaluer les actions possibles. L’évaluation consiste à rassembler, résumer, organiser, interpréter et éventuellement concilier des éléments existants de connaissance existants et à les communiquer afin qu’ils soient pertinents et utiles pour un décideur intelligent mais inexpérimenté.
Une évaluation réussie est consciente de la multi-dimensionnalité des services écosystémiques et les considère de manière intégrée, en tenant compte de leurs interactions et de leurs effets réciproques sur les systèmes socio-écologiques L’exemple de l’agriculture montre bien l’interdépendance des services écosystémiques. Des pratiques agricoles intensives visant à améliorer l’approvisionnement alimentaire ont entraîné l’épuisement des terres agricoles et la perte de biodiversité, affectant ainsi les services de régulation tels que la formation des sols, la protection du pool génétique et certains services culturels.
D’autre part, la cartographie des services écosystémiques est la création d’une représentation cartographique des services écosystémiques dans un espace géographique et correspond à un moment spécifique du temps. La cartographie est une méthode qui permet de rendre accessibles visuellement les informations issues du processus d’évaluation, en particulier pour les utilisateurs inexpérimentés. Cette représentation visuelle peut être réalisée à l’aide d’indicateurs.
En fonction de l’échelle et de l’étendue des informations, une représentation schématique (graphes, diagrammes) peut également être suffisante.

Les indicateurs des services écosystémiques

À mesure que notre compréhension des S.E. continue de croître, la détermination des moyens d’identifier et de mesurer explicitement leur état, leurs tendances et leur rythme de changement constitue une étape importante vers l’intégration des S.E. dans la prise de décision. Pour évaluer ces différents types de S.E. et communiquer efficacement des informations sur leurs caractéristiques et tendances, des indicateurs sont utilisés.
Un indicateur est une mesure quantitative qui représente un système ou un phénomène complexe.
Dans notre cas, les indicateurs sont utilisés pour surveiller l’état et les tendances des écosystèmes et la prestation des services écosystémiques dans un intervalle de temps déterminé.

Étant donné que les S.E. fournissent de nombreux types de services aux êtres humains, des indicateurs utilisant des méthodes d’évaluation biophysique, économique et sociale peuvent tous être utilisés pour les  quantifier et les qualifier. Les unités biophysiques sont utilisées pour mesurer des quantités ou des caractéristiques directement liées aux structures, aux processus et aux fonctions des écosystèmes Quelques exemples sont le volume d’eau de ruissellement provenant des zones de captage ou la quantité d’azote filtrée par l’écosystème. D’autre part, les indicateurs avec des unités économiques et sociales sont principalement utilisés pour quantifier  bénéfices que les êtres humains tirent des écosystèmes, tels que la valeur monétaire d’un écosystème déterminé pour le tourisme ou les loisirs de plein air.

Ces exemples illustrent comment les indicateurs peuvent simplifier l’évaluation d’un système complexe et permettre sa représentation graphique ou spatiale. Grâce au calcul et à l’analyse des indicateurs de services écosystémiques au fil du temps, nous pouvons comprendre les tendances des processus écologiques complexes et évaluer le développement durable.

Différents types d’évaluation des services écosystémiques

Selon le type de services écosystémiques, mais aussi selon d’autres critères, notamment la disponibilité du temps et des ressources financières, différentes évaluations des services écosystémiques sont possibles dans le but de fournir des résultats fiables. Dans tous les cas, l’objectif est d’obtenir des informations pour la création d’indicateurs appropriés. Les trois types d’évaluation sont décrits ci-dessous.
Évaluation biophysique
Dans le cadre de l’évaluation biophysique, les indicateurs S.E. peuvent être quantifiés à travers des mesures directes et indirectes ainsi que par des approches de modélisation.
• La mesure directe du S.E. est effectuée en évaluant des unités physiques qui correspondent aux unités de l’indicateur, par exemple mesurer la quantité d’eau extraite des nappes d’eau souterraine (approvisionnement en eau).
• La mesure indirecte utilise des données nécessitant une interprétation, une combinaison, une modélisation, des hypothèses ou un traitement supplémentaires. Les sources de données typiques sont les données de télédétection avec leurs produits dérivés tels que le NDVI (Normalized Difference Vegetation Index – indice de végétation par différence normalisé ou indice de Tucker), la température de surface, les classifications de la couverture terrestre, etc. La régulation climatique locale peut ensuite être déduite de schémas explicites de température de surface.
Évaluation socio-culturelle
L’évaluation socio-culturelle fait référence à la contribution des services écosystémiques non seulement aux avantages monétaires mais aussi aux questions sociétales en termes de valeurs culturelles, thérapeutiques, artistiques, inspirantes, récréatives, éducatives, etc. Il existe différentes méthodes, dont plusieurs exemples sont indiqués ci-dessous :
• L’évaluation des préférences est réalisée par le biais d’entretiens, d’exercices de classement et de la sélection de scénarios de mesures ayant un impact sur les S.E. analysant les connaissances et la perception des individus.
• Les enquêtes basées sur la sélection de photos des réseaux socio traduisent les expériences visuelles individuelles partagées (photos de paysages) qu’il est possible d’utiliser comme indicateur du service écosystémique culturel
• La cartographie participative, également appelée SIGP (SIG participatif), construit un système de connaissances auquel les différentes parties prenantes peuvent contribuer en fournissant des informations sur l’emplacement et la qualité de certains S.E.
• La planification de scénarios combine différentes méthodes pour illustrer les liens entre les scénarios futurs, les changements d’état des S.E. et le bien-être humain.
Évaluation d’experts
La science des services écosystémiques se situe entre les sciences de l’écologie appliquée, de l’économie, de la durabilité et l des sciences sociales. Cette diversité en fait une discipline complexe, c’est pourquoi il convient d’impliquer des experts de ces domaines et ayant une expérience du travail trans-disciplinaire. Les experts peuvent combler les lacunes dans les données. Ils produisent des résultats rapides grâce à leurs connaissances, avec un minimum de ressources et de moyens financiers. De plus, l’implication d’experts augmente la fiabilité des résultats.
L’engagement des experts se fait à plusieurs niveaux. Pendant la phase exploratoire, les objectifs pour la cartographie, les cartes et leur application sont définis. La sélection des méthodes et de la conception peuvent ainsi solutionner les aspects techniques de l’évaluation . La création de cartes fiables garantit la transparence, la lisibilité et l’interprétation des cartes à produire. L’application et la mise en œuvre seront testées par des experts conformément aux objectifs fixés.