CONTENUS DU NIEVAU Avancé

A.1) Services écosystémiques et leur lien avec la biodiversité et l’activité humaine

advanced-fr

Objectifs d’apprentissage

  • Acquérir des connaissances sur les interdépendances entre les services écosystémiques et les éléments d’influence connexes, tels que la biodiversité
  • Approche du concept d’évaluation économique des bénéfices des services écosystémiques

Rôle de la biodiversité dans l’approche des services écosystémiques

Le terme «biodiversité» est considéré comme englobant la diversité biologique au niveau des gènes, des espèces et des écosystèmes, également exprimé par le nombre, l’abondance, les variétés et la distribution spatiale de ces niveaux.
La diversité biologique existe à différents niveaux, comme le niveau des écosystèmes, des espèces et des gènes. La biodiversité joue un rôle spécifique dans l’existence et le maintien à long terme des fonctions de l’écosystème, qui sont essentielles à la fourniture de services écosystémiques.
Par conséquent, la biodiversité contribue certainement à la création de services écosystémiques et de nombreux liens peuvent être observés. Les exemples mentionnés ici touchent les aspects suivants :
• la diversité des espèces d’organismes du sol qui influencent (souvent par les espèces clés) la fertilité du sol,
• la diversité des espèces végétales des prairies peut avoir des effets sur la biomasse végétale aérienne, réduire le risque de carences en minéraux ou de toxicité pour les bovins et augmenter la consommation de biomasse des moutons (Isbell et al. 2011).
• La richesse des espèces peut avoir une influence directe sur les services culturels tels que les inspirations ou les expériences spirituelles en sachant ou en découvrant l’ampleur de la vie.
Cependant, en raison de l’interaction complexe, la « relation concrète entre la biodiversité et la prestation de services écosystémiques reste encore inconnue pour la plupart des services écosystémiques. Pour ceux qui sont connus, les relations sont très variables et peuvent être positives, négatives ou non linéaires ».
Dans certaines perceptions conceptuelles telles que l’approche TEEB (The Economics of Ecosystems and Biodiversity 2010a), la biodiversité est explicitement mentionnée dans la catégorie des «services d’habitat» et considérée comme un service écosystémique lui-même. L’approche TEEB mentionne donc le maintien de la diversité génétique comme l’un des principaux types de services.
Une autre perception est que la biodiversité est une source pour d’autres S.E., en particulier les services de régulation et les services culturels, tels que le bien-être grâce à l’expérience de la vie sauvage ou le bien-être en connaissant l’existence de certaines espèces. Ces différentes perceptions ont donné lieu à de nombreuses discussions d’experts.
Dans le cadre de l’approche AlpES, la biodiversité est considérée comme un facteur contribuant à la création de services écosystémiques et résulte également des services écosystémiques (tels que la fourniture de conditions d’habitat spécifiques). Mais la biodiversité n’est pas considérée comme un service écosystémique lui-même.

Présentation du concept des Services Ecosistémiques

Production biotique et abiotique et coproduction des services écosystémiques

Les services écosystémiques sont par définition liés aux processus biotiques dans les écosystèmes et à leur contribution au bien-être humain. Des opinions divergentes existent sur le degré de contribution des processus biotiques aux services écosystémiques: certains soutiennent que seuls les services basés sur des processus vivants peuvent être considérés comme des services écosystémiques, alors que d’autres font valoir que les écosystèmes sont toujours constitués de composants abiotiques et biotiques, si bien qu’il n’est pas possible de faire une distinction claire entre la contribution des composantes abiotiques et biotiques au service de l’écosystème. De plus, il existe des produits abiotiques basés sur des processus biotiques, tels que les combustibles fossiles; il existe également des roches et des matériaux naturels générés par des processus biotiques tels que le calcaire, le sable ou le sel. L’avis est donc exprimé pour inclure également les produits abiotiques en tant que services écosystémiques.

Le système CICES se limite aux produits de l’écosystème qui dépendent des processus biotiques ou qui sont liés à ces processus, mais reconnaît qu’il s’agit d’un compromis et que les résultats des écosystèmes abiotiques doivent être traités dans un système de classification similaire. Pour un tel système de classification, une première structure est fournie dans la version actuelle du système CICES. L’objectif global d’AlpES est de soutenir le développement d’une gouvernance régionale environnementale avec l’approche des services écosystémiques. Dans l’application pratique de la gestion de l’environnement et du développement territorial, les résultats abiotiques des écosystèmes jouent également un rôle important, tels que les effets et l’espace des centrales éoliennes, des installations photovoltaïques et de l’exploitation des ressources minérales. En particulier dans la région alpine, certains de ces rendements abiotiques jouent un rôle important, tels que l’hydroélectricité, l’extraction de sel et de différentes roches, ainsi que les expériences récréatives d’exploration de grottes ou d’escalade. Dans le cadre du projet AlpES, l’approche générale acceptera donc les résultats abiotiques parallèlement aux résultats biotiques en les indiquant explicitement non pas comme des services écosystémiques mais comme des «services environnementaux». Pour le moment, le projet AlpES n’évaluera ni ne cartographiera les résultats abiotiques. Dans le projet AlpES, il existe différentes opinions: Les produits abiotiques des services écosystémiques sont considérés comme des produits abiotiques du capital naturel, mais pas comme des services écosystémiques eux-mêmes du point de vue de l’écosystème. D’autres opinions acceptent ces produits comme des biens et services provenant des écosystèmes.

Capital humain et manufacturé

Dans la compréhension des services écosystémiques, il faut également se demander dans quelle mesure l’influence humaine doit être prise en compte lors de la mesure des services écosystémiques. L’utilisation du travail humain, de l’énergie fossile, des produits chimiques et des apports techniques contribue à la production de biens et services écosystémiques. Mais ils ne font pas partie du service fourni par l’écosystème. Cela signifie que le produit est le service exclusif de la nature sans ces apports.
Cela devient particulièrement pertinent lorsque l’on considère les services d’approvisionnement tels que les produits agricoles issus de systèmes de production intensifs ou les bénéfices finaux qui sont traités ultérieurement. Cependant, même si, dans une certaine mesure, la contribution naturelle est supplantée par d’autres apports, il reste des contributions écologiques indispensables, telles que les fonctions pédologiques et climatiques et tous les services de soutien contribuant à la fourniture de services écosystémiques.
De nombreux services écosystémiques sont coproduits sous la forme d’une combinaison de capital naturel (fourniture par les écosystèmes) et de différents types de capital non naturel, tels que le capital social, humain, financier ou technologique. Ces services coproduits peuvent toujours être considérés comme des services écosystémiques. Ces auteurs vont même au-delà et exigent la responsabilité d’une co-production équilibrée des services écosystémiques par l’homme.
Pour marquer ces différences, le terme «services agrosystémiques» a été introduit. Cependant, du point de vue d’AlpES, cela pourrait entraîner une certaine confusion terminologique, étant donné que «services du système forestier», «services du système d’eau» ou «services du système urbain» pourraient également être introduits. Par ailleurs, les services écosystémiques considérés comme étant moins ou même sans influence humaine, tels que la chasse, la pêche ou la collecte de champignons, comprennent également des intrants techniques (armes, cannes à pêche, etc.) et du travail humain (marche, cueillette).
Dans le cadre de l’approche AlpES, il est préférable de conserver le terme services écosystémiques, sans exclure les avantages découlant des services écosystémiques. Toutefois, les apports de capital humain et manufacturé seront indiqués pour sensibiliser aux situations d’incertitude lors de la mesure des résultats des services écosystémiques.

Rôle de l’évaluation économique

L’évaluation économique des S.E. est un problème qui se pose sans cesse et qui repose sur leur évaluation biophysique. Il existe une variété de types de valeurs économiques et de méthodes d’évaluation en place, qui doivent être soigneusement distinguées. L’idée de base est qu’une valeur économique totale théorique (TEV) se compose de différents types de valeurs.
Il existe différentes méthodes pour évaluer ces valeurs. Souvent, les valeurs d’utilisation ne prennent pas en compte tous les composants d’une valeur ou ne sont pas exhaustives. En outre, il est difficile d’obtenir des valeurs de non-usage pour les biens non marchands. Certaines méthodes d’évaluation des prix sont les suivantes :

  • Valeur marchande : si les biens ou les bénéfices des services écosystémiques sont identiques ou très similaires à ceux négociés sur les marchés, l’évaluation utilise les prix du marché comme valeurs. Par exemple, les prix du marché du bois, du cerf, du poisson ou des fruits peuvent être utilisés.
  • Tarification hédonique : l’utilisation des services écosystémiques peut se refléter dans les prix de location du logement. Le logement dans les zones vertes est souvent plus cher car les gens préfèrent vivre près des espaces verts et acceptent de payer des loyers plus élevés pour cela.
  • Evaluation contingente: En particulier pour les valeurs de legs, les valeurs d’existence et les valeurs d’option, il est presque impossible de collecter des prix réels existants. Par conséquent, la «volonté de payer» ou la «volonté d’accepter» des personnes sélectionnées sont analysées dans des questionnaires, demandant combien de personnes dépenseraient pour maintenir, par exemple, une espèce rare ou un habitat menacé ou combien ils demanderaient. pour accepter un changement de paysage. Dans les analyses à choix multiples, différentes alternatives sont demandées.
  • Prix de voyage: le désir des gens de visiter de beaux paysages ou des zones de loisirs se reflète également dans le prix et le temps qu’ils consacrent à leurs voyages.

Dans la base de données TEEB, une collection mondiale d’études de cas pour les évaluations économiques est compilée, qui fournit également des valeurs économiques pour les services écosystémiques dans différents biomes. Cependant, la valeur réelle dépend toujours des circonstances régionales et locales. De ce fait, il est très difficile de transférer les valeurs de cette base de données vers d’autres zones sans connaître les conditions régionales et locales.

En général, l’utilité de l’évaluation économique des services écosystémiques, qui repose sur des questions fondamentales et méthodologiques, suscite de vives controverses. Fondamentalement, les services écosystémiques, en particulier les services culturels, ne sont pas accessibles, ou ne le sont que difficilement, par une évaluation économique. D’un autre côté, on estime que l’évaluation économique – sur le marché idéal – concerne les préférences et les choix. Nous ne pouvons pas éviter de faire des choix et nous utilisons nos préférences personnelles pour prendre des décisions concernant nos choix dans notre vie quotidienne. Par conséquent, le choix serait soit d’ignorer ces préférences, soit de forcer les gens à les rendre évidents en plaçant une étiquette de prix sur les services écosystémiques. On peut au moins dire que l’évaluation économique nous fait prendre conscience du fait que les services écosystémiques constituent un facteur économique important, souvent non reconnu et, le plus souvent, non pris en compte dans la prise de décision.

En termes de méthodologie, le large éventail de méthodes de calcul de la valeur économique des services écosystémiques produit une grande diversité de valeurs différentes. La question de la délimitation claire des services finaux (afin d’éviter le double comptage) devient également pertinente, mais il est indéniable que des faisceaux de services écosystémiques sont toujours fournis au même endroit et affectés, si des changements d’utilisation du sol ou des impacts se produisent. Ainsi, l’évaluation économique ne signifie pas automatiquement que ces valeurs pourraient faciliter la prise de décision. Mais il se peut que l’évaluation économique puisse également constituer une base difficile pour la prise de décision, si les gens choisissent des valeurs différentes pour les services écosystémiques et commencent à en débattre. En outre, les valeurs économiques des activités économiques (coûts d’investissement, coûts de production, recettes, etc.) sont souvent peu fiables, ce qui devrait être pris en compte lors de la prise de décision fondée sur des évaluations économiques.